Le quotidien des enjeux du développement durable au Luxembourg !
1,5 million d’euros pour accueillir un jeune chercheur
facebook
twitter/
linkedin
scoopit

1,5 million d’euros pour accueillir un jeune chercheur

Recherche & Eco-Innovation

Publié le
mardi 11 février 2014 à 07:45

facebook
twitter/
linkedin
scoopit

Le CRP - Gabriel Lippmann vient de se voir attribuer la somme de 1,5 million d’euros dans le cadre du programme ATTRACT du FNR. Ce financement permet au centre d’accueillir un chercheur de haut niveau dans le domaine des nanotechnologies appliquées aux biosenseurs rapides et sensibles.

L’objectif consiste à tirer profit des matériaux et technologies existantes pour la recherche et le développement de dispositifs électroniques permettant l’analyse biologique ultrasensible, rapide et sélective

Le candidat retenu par le FNR est l’Espagnol César Pascual García. Arrivé au CRP le 3 février dernier, le chercheur a intégré l’unité Génie des nanomatériaux du département Science et Analyse des matériaux. Son projet vient consolider les orientations stratégiques de l’unité, à savoir la recherche et le développement de nouvelles technologies et matériaux dédiés aux applications biomédicales émergentes : délivrance ciblée de médicaments ou d’agents actifs, biocapteurs ultrasensibles et sélectifs, dispositifs électroniques implantables.

Un défi majeur

Docteur en physique des solides de l’Ecole Normale Supérieure de Pise (Italie) et diplômé en physique de l’Université Autonome de Madrid (Espagne), César Pascual García développera, pendant cinq ans, son projet intitulé Nano electronics for pH control and ultra-dense electrochemical synthesis. L’objectif consiste à tirer profit des matériaux et technologies existantes pour la recherche et le développement de dispositifs électroniques permettant l’analyse biologique ultrasensible, rapide et sélective. C’est d’ailleurs pour cette approche originale et sa qualité scientifique que César a été retenu parmi d’autres candidats.

Un défi majeur du diagnostic précoce de maladie consiste à pouvoir cibler et détecter finement les molécules d’intérêt biologique (ADN, protéines, glucose, etc.). Cela nécessite la préparation de marqueurs chimiques et la détection fine des interactions entre les marqueurs et les molécules d’intérêt. Actuellement, les capteurs permettent de détecter des concentrations de molécules biologiques très faibles. Afin de résoudre ces limitations, le projet développé par le Dr García propose une approche basée sur la synthèse in situ. Celle-ci permettra, à l’instar d’une bibliothèque de biomarqueurs, de détecter, rapidement et en parallèle, une gamme très élargie de molécules biologiques.

Concrètement, l’objectif du projet NANO-pH est de développer des laboratoires sur puce permettant de synthétiser in situ (c’est-à-dire au cœur du dispositif) les séquences de biomarqueurs et de détecter leurs interactions avec les molécules cibles des échantillons biologiques sélectionnés. Cette recherche s’appuie sur les nanotechnologies du laboratoire Génie des nanomatériaux et requiert une recherche particulièrement pointue en microfluidique (transport des fluides à l’échelle micrométrique) et processus de synthèse électrochimique localisés.

Communiqué par le CRP-Gabriel Lippmann / Photo DR

Publié le
mardi 11 février 2014


Recherche & Eco-Innovation
Distraction free
DISTRACTION FREE MODE
Nos partenaires Recherche & Eco-Innovation


Nos partenaires Recherche & Eco-Innovation

Nos partenaires