Une nouvelle plateforme mondiale pour faciliter la création de villes intelligentes et durables

Par admin le 29/01/2016 - 4:00

Les villes intelligentes répondent à un besoin : elles produisent moins de déchets, offrent une meilleure qualité de vie et assurent un avenir meilleur à la prochaine génération. Toutefois, il leur reste de nombreux obstacles à surmonter pour mesurer et améliorer leur fonctionnement. C'est là que les normes ISO jouent un rôle en les aidant à mesurer et améliorer ce fonctionnement

Des normes internationales pour aider les villes à devenir intelligentes

La première communauté mondiale en ligne des villes intelligentes, lancée le 18 janvier 2016, vise à aider les acteurs de la ville à créer des villes intelligentes et durables. Cette nouvelle communauté cherche à identifier les principaux "points faibles" du développement urbain.

Le lancement de cette plateforme communautaire s'inscrit dans la dynamique préparatoire du premier Forum mondial sur les villes intelligentes, qui sera organisé par la CEI, en partenariat avec l'ISO et l'UIT, à Singapour le 13 juillet 2016, en même temps et au même endroit que le Sommet mondial des villes www.worldcitiessummit.com.cg et la Semaine internationale de l'eau www.siww.com.sg.

"La création de villes intelligentes et durables est devenue l'un des grands thèmes qui préoccupent aussi bien les administrations dans le monde entier que les institutions des Nations unies", a déclaré Houlin Zhao, Secrétaire général de l'UIT. "La prise en compte du potentiel des villes intelligentes va de pair avec la prise de conscience suivante : introduire des éléments d'intelligence dans une ville existante, ou encore créer à partir de rien une ville intelligente, est une tâche complexe qui nécessite de renforcer la coopération et d'harmoniser la prise de décision entre les différents acteurs de la ville et les organismes internationaux de normalisation tels que l'UIT, la CEI et l'ISO".

D'ici 2050, selon les estimations, 66 % de la population mondiale vivra en zone urbaine. Pour les municipalités, le défi est d'envergure : il leur faut fournir à ces habitants des ressources de base (denrées alimentaires et eau salubres et ressources énergétiques en suffisance), tout en assurant une durabilité globale sur les plans économique, social et environnemental. Les villes doivent s'efforcer d'améliorer considérablement l'efficacité de leur fonctionnement et de leur utilisation des ressources.

Des gains d'efficacité importants pourraient être réalisés par l'interconnexion horizontale de systèmes distincts comme l'approvisionnement en énergie et en eau, l'assainissement et la gestion des déchets, les transports, la sécurité, la surveillance de l'environnement ou les données météorologiques. L'un des grands problèmes auxquels se heurte cette intégration horizontale est qu'aujourd'hui, dans les villes, nombre de systèmes proviennent de différents fournisseurs et sont entretenus par différents services, qui travaillent parfois sans aucune coordination entre eux. L'interconnexion, matérielle et virtuelle, de ces services, nécessitera des interfaces normalisées.

Frans Vreeswijk, Secrétaire général et PDG de la CEI, a déclaré ce qui suit : "Les villes constituent des systèmes géants dotés d'un nombre infini de sous-systèmes. Tous sont tributaires de l'énergie électrique et des ressources matérielles pour faciliter les déplacements des personnes et des objets, collecter des données et échanger des informations. D'ores et déjà, les travaux de la CEI ont une incidence sur tous ces systèmes. Plus que jamais, de nombreux services différents devront collaborer pour contribuer à rendre les villes plus intelligentes ; l'intégration technologique présente un enjeu tout particulier, qui ne peut être relevé que par la conclusion de partenariats et d'alliances. Tel est l'objectif de la plateforme communautaire en ligne et du Forum".

Pour Kevin McKinley, Secrétaire général par intérim de l'ISO, "Les villes intelligentes répondent à un besoin : elles produisent moins de déchets, offrent une meilleure qualité de vie et assurent un avenir meilleur à la prochaine génération. Toutefois, il leur reste de nombreux obstacles à surmonter pour mesurer et améliorer leur fonctionnement. C'est là que les normes ISO jouent un rôle en les aidant à mesurer et améliorer ce fonctionnement, par exemple au moyen de normes applicables aux indicateurs urbains, aux communautés durables et aux infrastructures urbaines. Ces normes énoncent des bonnes pratiques et des solutions harmonisées qui peuvent être utilisées partout et permettent aux urbanistes et aux décideurs de tirer parti de compétences spécialisées à l'échelle mondiale".

Ainsi que l'a dit Chaesub Lee, Directeur du Bureau de la normalisation des télécommunications de l'UIT: "L'infrastructure des technologies de l'information et de la communication (TIC) d'une ville intelligente doit garantir l'ouverture et l'interopérabilité, obtenues grâce à l'adhésion de tous à des normes communes. Les villes intelligentes utiliseront une foule de technologies appartenant à la famille de l'Internet des objets (IoT) et les normes contribueront à harmoniser la mise en œuvre des données et applications IoT, favorisant ainsi l'intégration horizontale efficace des sous-systèmes urbains. La collaboration entre l'UIT et les responsables municipaux s'appuie sur le fait que les villes ont besoin de normes qui tirent parti des technologies IoT pour relever les défis de l'urbanisation".

Source : Union internationale des télécommunications - www.itu.int